18 Avr 2018

Étudiant et entrepreneur : c’est possible !

Devenir chef d’entreprise avant même d’être diplômé, tel est l’ambition de ces entrepreneurs nouvelle génération.

Pas besoin de s’appeler Mark Zuckerberg pour devenir chef d’entreprise à 19 ans. En France, l’entrepreneuriat séduit également les jeunes. 36% des étudiants envisagent de créer ou de reprendre une entreprise, selon une enquête Opinionway d’octobre 2017 pour le Mouvement pour les jeunes et les étudiants entrepreneurs (Moovjee). Créée en 2009, cette association aide les jeunes de 18 à 30 ans, du CAP au bac +5, à construire et développer leur entreprise. Accompagnés par un mentor pour parfaire leur savoir-être entrepreneur, ils peuvent s’adresser à des experts métiers pour obtenir des conseils.

« La première ressource d’un pays, c’est sa jeune génération. Créer une entreprise en France, ce n’est pas compliqué. Ce qui est difficile, c’est de la faire vivre et de la pérenniser. Le Moovjee, c’est 300 mentors et 500 experts métiers. Depuis fin 2010, nous avons soutenu 1 100 jeunes. Dans les trois premières années de leur entreprise, ces derniers ont créé entre 2 et 25 emplois », souligne Dominique Restino, président et fondateur du Moovjee.

Une reconnaissance officielle

Pour accroître l’entrepreneuriat chez les jeunes, un Statut National d’Étudiant Entrepreneur (SNEE) a été créé en septembre 2014. Il permet notamment de développer sa société au lieu de faire des stages et de bénéficier du statut social étudiant l’année suivant la fin de ses études. Pour y accéder, les titulaires du bac remplissent un dossier en ligne avant de se rendre dans l’un des 29 PÉPITE (Pôle Étudiant pour l’Innovation, le Transfert et l’Entrepreneuriat), mis en place par le Ministère de l’Enseignement Supérieur, de la Recherche et de l’Innovation (MESRI).

« L’an dernier, nous avons accompagné 2600 étudiants. 70%des étudiants entrepreneurs ont entre 22 et 24 ans. Ils font le choix de monter leur boîte alors qu’ils peuvent avoir des opportunités d’emploi par ailleurs. Et 60% d’entre eux sont dans des projets collectifs », constate Jean-Pierre Boissin, coordinateur national de PÉPITE France. Les étudiants ont accès à des espaces de coworking, à des animations rencontres avec des experts. Encadrés par deux tuteurs (un enseignant et un professionnel), ils obtiennent un certificat de compétences en entrepreneuriat pour valoriser leur expérience. L’accompagnement se déroule généralement sur deux ans.

Source Le Parisien, février 2018.

Laisser un commentaire